Costa Rica / Panama

Un mois au Panama et au Costa Rica

Du 18 mai au 12 juin 2017
26 jours
6
1

Et voici ChatOnTheRoad repartis sur les routes, cette fois-ci en Amérique centrale, destination qui nous était jusqu'alors totalement inconnue.

Nous avons pris nos billets sur AirFrance KLM, avec une escale à Amsterdam, après un premier vol d'1h30, nous avons fait le grand saut au dessus de l'Atlantique en 11h30. Nous avons payé ces billets 415€, de Paris à Panama City.

Pourquoi le Panama ? Initialement notre choix s'était porté sur le Costa-Rica mais les prix des billets pour un Paris-San José était de 600€. Cela faisait un peu trop élevé pour notre budget. Après mûre réflexion et voyant que les billets pour le Panama étaient 200€ moins chers, on s'est dit qu'on irait d'abord au Panama et de là-bas pourquoi pas aller au Costa-Rica ? Il était donc question de passer une grande partie du séjour au Costa-Rica plutôt qu'au Panama beaucoup moins doté d'infrastructures touristiques que le Costa-Rica. Mais il y a quand même quelques étapes incontournables du Panama.

Quelques idées à noter avant de partir vers ces destinations :

- Le Panama et le Costa Rica ne sont pas des destinations bon marché ! Il faut compter environ 35 - 40$ pour une nuit dans un hostel moyen, et 10 - 15$ pour un repas dans un restaurant sans prétentions

- La langue majoritairement parlée dans ces deux pays est l'espagnol. Bien évidemment, avec un anglais correct on s'en sort (presque) partout mais si vous avez des restes d'espagnol LV2 c'est mieux

- Nous sommes partis au mois de Mai et Juin, ce qui correspond au début de la saison des pluies : l'inconvénient majeur est la météo, parfois capricieuse, qui nous a réservé quelques surprises, mais le GROS avantage est qu'on s'est à de nombreuses reprises, retrouvés seuls à profiter des merveilles dont la nature resplendissante regorge, surtout au Costa Rica. Nous n'avons eu aucune difficulté à trouver des hébergements sans réservations.

- Nous n'avons eu absolument aucune difficulté à voyager entre ces pays, que ce soit sur les routes, dans les aéroports, les douanes, ou encore à la frontière terrestre entre ces deux pays. Bref, voyager dans ces pays est d'une simplicité enfantine.

- Contrairement à beaucoup de bagpackers, nous n'avons pas loué de voiture au Costa Rica. Certes cela nous parfois valu quelques heures de bus sempiternelles, mais cela a considérablement allégé notre budget. C'est donc à vous de voir.


Et SURTOUT, SURTOUT, ce sont deux pays fabuleux, avec des paysages tous plus majestueux les uns que les autres, une faune et une flore aux mille facettes, nous en avons pris plein les yeux.

Le Costa Rica est LE pays de la nature, des parcs naturels, du respect de l'environnement, du vivre-ensemble, du sourire, de l'entraide, des rencontres, c'est un bol d'air humain d'une qualité incomparable.

En avant !

Premier contact avec le Panama ! 
2

Panama City, ou la ville où personne ne va jamais ! Ce n'est pas vraiment touristique, mais nous y avons quand même passé d'excellents moments.

Nous avons atterri le Jeudi 18 Mai vers 17h00, à l'aéroport Tocumen (l'aéroport international). 30$ plus tard, nous avions rejoint le centre de la ville. La route pour se rendre en ville est très impressionnante. On passe en bordure du quartier d'affaires, qui est tout simplement monumental. A côté, la Défense ressemble à un petit village de campagne.

Nous nous installons dans la charmante petite auberge de jeunesse de "Luna's Castle Hotel", certainement la plus connue de la ville. Il faut noter que le ministère des affaires étrangères françaises recommande de ne pas circuler dans certains quartiers de la ville, mais notre auberge se situe dans un quartier sans problèmes, le "Casco Viejo", ou le vieux quartier. Et pour preuve que ce quartier est d'un calme redoutable, l'auberge se situe à environ 74 mètres du palais présidentiel.

En haut la vue depuis Luna's, la terrasse de Luna's, l'intérieur de l'auberge, et le fameux quartier d'affaires 

Eh oui car le Panama est en fait "la République du Panama", une république présidentielle, dont le président actuel est Juan Carlos Valera élu au suffrage universel direct, tout comme la (seule) assemblée.Le Panama est surtout connu pour son Canal et pour ses sulfureuses affaires, mais c'est surtout le pays du monde dont la plus grande partie est couverte par des parcs naturels nationaux.

Le Casco Viejo est le quartier historique de la ville, maillé de maisons de style colonial de toutes les couleurs. Luna's Castle est installé dans une immense maison toute en boiseries, qui fourmille de bagpackers du monde entier. Nous prenons deux lits dans un dortoirs, pour 16$ chacun.

L'auberge est très conviviale, tout le monde parle à tout le monde, une grande cuisine, une grande salle commune avec table de pingpong et une grande terrasse permettent d'échanger avec tout le monde. L'accueil y est chaleureux, et le tout est très propre. Très accessoirement, la bière est à 1$. Bon bah c'est parti ! Il paraît que le dortoir où nous étions (le n°2), est le plus bruyant, car accolé à la grande salle, mais nous avions le jetlag dans les pattes, et cela ne nous a pas du tout empêché de dormir.

Le lendemain matin, nous partons pour la découverte du Casco Viejo. Des photos parlent mieux que mille phrases.

Les rues merveilleusement colorées de Casco Viejo 
Ce que nous avons adoré dans le quartier est la "Plaza Francia", située à l'extrémité de la péninsule du quartier. 

Panama garde un lien très étroit avec la France (l'ambassade est la magnifique maison blanche en haut à gauche), car même si ce sont les américains qui l'ont terminé, l'idée de construire le canal de Panama était bien une idée des français, à la fin du XIXème siècle. Sur la Plaza Francia, vous pourrez trouver une sculpture d'un coq, tourné vers la France.

Nous quitterons finalement Luna's Castle dans l'après-midi pour rejoindre la gare de bus, qui nous permettra de rejoindre notre prochaine étape.

Pour 25$ par personne, nous prenons place dans un bus, ou plutôt une grande glacière tellement c'est climatisé, pour 10h de route. Au départ du bus, et pendant les 10 premiers kilomètres plusieurs personnes prennent la parole devant tout le monde, d'abord un monsieur qui nous explique qu'il est malade, et qu'il a besoin de sous et s'adonne donc à une quête, puis un autre qui fait des sketchs (auxquels nous n'avons pas tout compris) et vends des bijoux, puis un troisième qui vends à manger. Une fois tout ce beau monde descendu du véhicule, nous prenons la route.A l'aube, nous arrivons à Almirante, petit village sans charme, qui n'est qu'un petit port, d'où nous prenons un petit bateau ma foi bien rapide, pour nous amener à ....

3

Nous arrivons au petit matin au cœur de ce petit village de pêcheurs, sous une petite pluie tristounette. Pour notre première nuit sur l'île, nous optons pour "Hospedaje Heike" tenue par les propriétaires du Luna's Castle à Panama City. Finalement nous n'y resterons qu'une nuit. L'auberge recherche actuellement un repreneur et cela se sentait dans la gestion de l'auberge (déco vieillotte, hygiène qui laissait parfois à désirer... bref il y a mieux sur l'île). Pour les quatre jours restants nous choisissons une autre adresse recommandée par le Petit Futé "Hostel Hansi", une auberge très mignonne et très calme tenue par une allemande installée à Bocas. Il y a une grande cuisine commune, très propre et un espace pour prendre ses repas. L'auberge ne propose pas de petit-déjeuner, mais Bocas regorge de petites épiceries, il y a largement de quoi faire. La nuit est à 25$ (Eau chaude, TV câblée avec port USB, petit balcon vue sur mer).

Welcome to Bocas del toro ! 
Un petit tour dans le village de Bocas 

Bocas est un très joli village avec des maisons caribéennes très colorées sur pilotis. Il n'y a pas de plage à Bocas del Toro, pour cela il faut prendre un bus (5$ par personne) ou un taxi-boat (12$ par personne) pour rejoindre les plages situées à 20 minutes de transport en bus et 10 en taxi-boat. Nous avons testé la plage de Bocas del Drago, une plage magnifique de sable blanc très propice à la baignade. Mais notre coup de cœur est la "Playa Estralla" une plage paradisiaque à 10 minutes de marche de Bocas del Drago. Cette plage a la particularité d'être remplie de grosses étoiles de mer partout ! C'est tout simplement magnifique. (Attention, il ne faut surtout pas les toucher, les sortir de l'eau pour se photographier... elles sont très fragiles, les locaux y tiennent énormément). Sur la plage vous trouverez des petits restaurant où l'on sert la pêche locale (langoustes, crevettes...).

En haut, la Playa Estrella, en bas, Bocas del Drago 

Parmi les activités à tester on recommande le snorkelling au large de Bocas del Toro. Il y a énormément d'agences qui vous proposeront des tours. Nous avons choisi une agence recommandée par le Petit Futé qui s'appelle Under Sea. Une agence sérieuse avec des guides sympas. Nous avons booké une sortie en mer pour la journée. Elle comprenait une observation des paresseux à bord du bateau en pleine cambrousse, suivi d'environ une heure de snorkelling dans un merveilleux spot où l'eau est turquoise (on y voit des coraux, oursins, poissons magnifiques, étoiles de mer). Ensuite direction la Isla Zapatillas pour le déjeuner. La Isla Zapatillas est une petite île de sable blanc et fin et d'eau turquoise... une carte postale ! L'île n'est pas habitée, c'est une réserve naturelle donc vous devrez payer 10$ supplémentaire par personne à l'agence. Nous restons environ 3 heures sur l'île pour tout simplement buller au bord de l'eau et prendre le temps de visiter la réserve naturelle pour observer les animaux (petites tortues d'eau douce, toucans, araignées...). Suite à ça, nous avons testé l'activité phare de l'agence : le deep board. Une sorte de planche tractée par le bateau que l'on guide comme on veut pour aller sous l'eau et admirer, munis d'un masque, les magnifiques coraux. Attention sensations garanties ! Vous allez définitivement vous prendre pour un dauphin. C'est super chouette à faire ! Comptez 90$ la sortie pour deux personnes (sortie + entrée dans la réserve naturelle + repas). Vous avez la possibilité d'apporter votre repas et donc d'économiser 10$ par personne (mais le repas pour ce prix est très bien). Départ à 9h30 et retour à 17 heures ! On recommande vivement, c'est un peu cher mais ça en vaut vraiment le détour.

Islas Zapatillas, ou le paradis sur terre...  
Les paysages magnifiques, et l'équipe "Under Sea" absolument géniale 
Les fonds marins sont tout aussi splendides que les plages

Quelques informations sur le coût de la vie à Bocas Del Toro : comme on le disait plus haut, le Panama n'est pas une destination bon marché. Nous l'avons remarqué sur Bocas, très prisée des touristes où les prix flambent. Les restaurants sont relativement chers, comptez en moyenne 12$ pour un plat de pâtes ou un burger par exemple. De notre côté, nous avons testé pour le dîner le restaurant "El Limbo". Les plats étaient bons mais rien de surprenant. De manière générale, nous avons trouvé que la gastronomie locale n'était pas exceptionnelle en Amérique centrale, sauf les fruits ! Là vraiment vous vous régalerez. Nous avons fait le constat, simple mais terrifiant, que nous n'avions jamais mangé d'ananas... de VRAI ananas... Un grand moment !

La plupart des hostels de l'île sont équipés d'une cuisine et de frigos. Nous avons fait le choix de cuisiner à l'auberge, c'est aussi un bon moyen de rencontrer des internationaux. Sinon, une alternative pour les budgets serrés, vous pourrez manger dans des "sodas", sorte de petits boui-boui où l'on ne trouve que des locaux et où l'on y sert de la nourriture très locale (riz au poulet, beignets de banane, haricots rouge et riz...).

Nos premiers contact avec les magasins du coin... 

Après 4 jours d'intense glande sur Bocas del Toro, nous nous rapprochons d'une agence, qui s'appelle Caribe Shuttle, pour poursuivre vers notre prochaine étape. Nous paierons 28$ chacun pour ce prochain trajet.

Il n'est absolument pas rare, au Panama, que les vendeuses que vous rencontrez, messieurs, s'adonnent à vous prénommer "Mi Amoooorr" dès les premières phrases. C'est surprenant au début, mais ça n'est que par pure sympathie.

Nous prenons donc un bateau au départ de Bocas, direction Almirante à nouveau, où nous attends un mini-bus qui va nous amener à la frontière avec le Costa Rica. Tout est parfaitement orchestré, on prends les sacs, on passe le contrôle de douane panaméen, le contrôle des douanes du Costa Rica, nous payons le droit de sortie de 4,5$, et on passe la frontière (un immense pont, que l'on passe à pieds).

A droite, le Panama, à gauche, le Costa Rica 

Là, un autre mini-bus de la compagnie nous attends, et va nous emmener jusqu'à ...

4

Cahuita, un vrai micro village (où on ne manque de rien), posé au bord de l'eau. Un vrai paradis au bord de l'Atlantique, vraiment nous avons adoré cet endroit. Il y a à tout casser 4 rues, quelques restaurants, un supermarché, une gare de bus, et nous voilà rhabillés pour l'été ! Cet endroit est surtout connu pour sa douceur de vivre, et son parc national.

La plage de Cahuita 

Nous prenons nos quartiers au "Buena Suerte", un B&B tenu par deux italiens, adorables, qui vous accueillerons et vous ferons visiter les lieux. Les chambres sont grandes, avec salle de bain, eau chaude, une télé, ventilateur, petit coin privé devant la chambre, hamac, tout ce qu'il y a de plus simple, mais de plus chouette. L'auberge dispose d'une cuisine commune, mais surtout... SURTOUT...

Nos deux nouveaux amis italiens concoctent des PETITE DÉJEUNERS ABSOLUMENT FABULEUX (sur tous les sites de réservation, les voyageurs du monde entier adulent, célèbrent ce grand moment, c'est incroyable). Au menu l'on peut choisir sucré ou salé. Nous en sommes restés au sucré, mais nous avons eu le droit à des pancakes, des viennoiseries, des gâteaux, du marbré, des fruits frais, café, thé, jus de fruit... une tuerie ! Un vrai repas de champion du monde ! (le dernier jour nous avons même emmené les gâteaux en mode doggy bag pour la poursuite de notre voyage).

L'intérieur du B&B, le petit dej de Gargantua, et nos voisins sur la route 

Au premier soir nous entendrons une voix qui ne nous est pas inconnue dans la chambre d'à côté ! Et pour cause, nous venons de retrouver F et A, deux français super sympas que nous avions rencontré lors de notre sortie snorkelling à Bocas del Toro !

Cahuita c'est la douceur de vivre, et nous apprenons une nouvelle expression qui ne nous lâchera plus. PURA VIDA.

Les habitants du Costa Rica sont très adeptes du vivre-ensemble, du sourire de l'aube au crépuscule, de l'entraide, et s'appliquent tout particulièrement à accueillir leurs hôtes avec tous les soins pour que l'on se sente bien. Bien qu'il n'y ai pas de traduction littérale de cette expression, Pura Vida, que l'on retrouve partout dans le pays, est un vrai reflet de ce mode de vie. Cela peut vouloir dire bonjour, au revoir, merci, de rien, ou tout simplement pour faire un clin d’œil, c'est presqu'un signe de ponctuation, mais tellement doux !

De Pura Vida en Pura Vida, nous mangeons le premier soir dans un restaurant de la rue principale du village, qui s'appelle le Palenque Luisa.

Au menu, une foultitude de plats, nous tenterons le poulet et les fruits de mer. Vraiment une réussite ! DÉLICIEUX ! Bon, je ne reviens pas sur le fait que nos voisins de table dégustaient du vin rouge dans lequel ils versaient des quantités industrielles de glaçons, mais ce restaurant, moyennant le prix, est une vraie belle découverte, pour se faire plaisir !

Après une nuit douce et un petit déjeuner énorme dans notre chère auberge, nous nous mettons en route vers le parc national. Après environ 45 secondes de marche, nous arrivons au bord d'une plage paradisiaque, où nous attends un petit guichet, et un accueil charmant, qui nous explique tout ce qu'il y a à savoir.

La balade dans le parc fait 8km jusqu'à son extrémité. A cette sortie vous trouverez un arrêt de bus, qui soit vous ramènera vers Cahuita pour 750Cls par personne, soit vous emmènera vers Puerto Viejo, un village plus au sud, plus grand que Cahuita, pour 750Cls également. A noter que l'entrée du parc national n'est pas payante, le parc vit avec les donations des randonneurs qui le parcourent. Il est inscrit à l'entrée que la donation moyenne par personne est de 5$, ce que nous avons fait. C'est exceptionnellement bon marché par rapport au reste des parcs du pays.

Petite pause "sous", car il faut en parlerLa monnaie du Costa Rica est la "Colonne", que vous pouvez tirer de n'importe quel distributeur. Vous pouvez également payer en dollars, le taux tourne autour de 500Cls pour 1$. Attention, car si vous payer en dollars, on vous rendra la monnaie en colonnes, au taux en vigueur dans le pays. MAIS, les commerçants, surtout dans les quartiers touristiques se font un malin plaisir d'afficher les prix soit en colonnes, soit en dollars, et si vous ne payer pas dans la monnaie affichée, ils appliquent le taux en vigueur, auquel ils appliquent une petite (voire moyenne) plus-value... Nous n'avons payé qu'en colonnes tout au long du trip, sans difficultés, mais si nous avons un conseil à vous donner, c'est d'avoir les deux sur vous, pour pouvoir vous adapter !

Nous avons choisi pour ce premier parc de ne pas prendre les services d'un guide. Cela ne nous a pas empêché de profiter des paysages vraiment fabuleux, et de voir une quantité impressionnante d'animaux parmi lesquels : un agouti, deux ratons laveurs, un bébé serpent jaune, des singes hurleurs, des singes à tête blanche, des lézards et autres reptiles à la pelle, des araignées pas possible, des écureuils.

La balade est vraiment majestueuse, dure environ 4h (car on s'arrête très souvent), et parfaitement bien balisée. Attention, gardez bien votre ticket d'entrée avec vous, il peut vous être demandé à la sortie.

Agoutis, ratons laveurs, et paysages fabuleux 

A l'issue de notre balade, nous avons rencontré S et L, deux français en plein tour du monde, qui nous ont guidé pour prendre le bus, jusqu'à la petite ville voisine de Pueto Viejo. C'est plus grand que Cahuita, bondé de surfeurs, et ça écoute du Bob Marley en-veux-tu-en-voilà, mais l'atmosphère y est chaleureuse, la plage magnifique et les gens très sympas. En fin de journée nous reprenons le bus dans l'autre sens, retour à la maison.

Les doigts de pied en éventail sur la plage de Puerto Viejo 

Le lendemain matin, nous nous rendons à la gare de bus, pour partir plus au Nord. Au départ nous voulions aller directement tout au nord du pays, mais le trajet sur la carte nous a semblé long, et nous n'avons aucune idée des performances du réseau routier, alors par sécurité, nous ferons un stop à....

5

La route pour s'y rendre était, comme prévue, vraiment rude. C'est interminable, on passe par des zones industrielles pas folichonnes, et des bouchons sous la pluie ma foi pas très encourageants.

San José est située en pleine montagne, il faut donc monter, et monter encore... en bus, dans des files interminables de camions bruyants, ce n'était vraiment pas une balade de santé...

Les bagpackers du monde entier et les guides qu'ils portent sous le bras sont unanimes : San José n'a aucun intérêt. Il y a bien deux ou trois musées sur l'histoire du pays, mais les constructions ne sont pas belles, les balades sont un peu fades. Ce n'est pas une capitale chargée d'histoire comme les autres que nous avons pu parcourir.

Nous prenons nos quartiers à "Casa Del parque", située juste en face du Parque Nacional, qui n'est en fait, malgré ce nom majestueux, qu'un square assez rudimentaire.

Par contre, l'auberge est tout simplement géniale. Rien que pour ça, nous n'avons pas regretté notre halte à San José. Imaginez vous dans la maison du film Juman Ji, avec des plafonds immenses, des lustres incroyables, des pièces majestueuses, peu de meubles, mais superbes, des grands tableaux, des cartes, des objets chargés d'histoire, c'est vraiment quelque chose ! L'accueil y est polyglotte et charmant, vraiment ça a fait notre journée. Au passage nous rencontrerons un Péruvien, O, vraiment adorable, avec qui nous passerons de très bons moments.

La casa del Parque 

!!! ALERTE ARNAQUE !!!

Nous avons, ce jour ci puis plus tard dans le voyage, pris deux fois le taxi dans San José, et n'ayons pas peur des mots : ce sont de vrais escrocs !

La première fois, ici donc, nous lui demandons de nous amener à Casa del Parque. Celui ci nous rétorque que toutes les auberges, dont celle ci, sont pleines, et qu'il n'y a de la place que dans deux auberges dans toute la ville. Gracieusement, il souhaite nous y emmener. Nous insistons pour aller à Casa del Parque, et évidemment confirmons le fait qu'il nous a menti sur toute la ligne. Par dessus le marché, ce n'était pas donné, genre 7$ pour 5 minutes de trajet.

La seconde fois (The best one - plus tard dans le voyage lors d'un transfert), nous demandons à un taxi le prix pour aller de la gare de bus à l'aéroport, ce à quoi il nous réponds : "30$ environ, mais pas de problème, il y a le compteur dans la voiture". Nous savions que le prix était situé entre 30 et 40$, donc en route. Pendant le trajet, on ne voyait pas le compteur, mais nous ne nous inquiétions pas. Arrivés à l'aéroport, le chauffeur nous montre le compteur, qui en fait pendait au bout d'un fil sous le tableau de bord. Ce dernier indiquant 29 000Cls, soit 60$ !!!! Dans tous les cas, nous n'avions que 20 000Cls, soit 40$, et après de longues minutes de discussion parfaitement désagréables, nous avons quitté ce triste sire à son triste sort, nous promettant de faire à ces vils gredins une publicité adaptée, voilà qui est fait !

!!! FIN DE L'ALERTE ARNAQUE !!! (non mais)

Après un petit tour aux alentours de l'auberge, nous restons sur notre première impression, et sur l'avis général, San José c'est pas dingue. Au petit matin, nous nous dirigeons vers la gare de bus, pour prendre la route.

Notre prochaine étape sera...

6

La Fortuna est le petit village situé au pied du volcan "Arenal", un des plus grands du Costa Rica. Nous posons nos sacs à "Cabinas Las Palmas", déniché sur internet. Attention chers amis bagpackers, nous sommes dans un des coins les plus prisés du pays, donc les prix flambent un peu. A noter également que dans cette auberge, bien que bon marché, propre et plutôt agréable, il n'y a pas de petit déjeuner, ni de cuisine commune, il faudra donc payer tous les repas au restaurant. Heureusement, l'auberge est accolée à un soda du même nom, qui sert des plats bien et pas chers.

Le volcan Arenal, surplombant la ville 

Mais pourquoi "La Fortuna" ?

Le volcan a, depuis plusieurs siècles, maltraité les populations alentours. Il se déplace en fait vers l'Ouest, causant à chaque éruption des dégâts importants. Les populations qui habitent sur le flan le plus dangereux sont à chaque fois obligées de bouger, au gré des sauts d'humeur du géant de lave.

Les populations les plus riches, les plus "fortunées", habitent sur le flanc le moins dangereux, et n'ont pas ce problème, d'où le nom "La Fortuna".

Nous avons beaucoup aimé la ville de la Fortuna. L'ambiance est un peu comme un point d'étape pour les randonneurs de montagne, toutes les activités tournent autour du volcan, et du merveilleux écosystème qui l'accompagne. Seul hic, il ne fait pas beau... Mais nous sommes bien décidés à découvrir ces paysages enchanteurs.

Nous bookons, via l'auberge, une excursion d'une journée autour du volcan Arenal, avec la société de trek "Red Lava", une des plus grande de la ville.

A l'aube nous montons donc dans un minibus d'une douzaine de places, et partons en route pour le pied du volcan.

On nous emmène à la première étape du parcours. Sur cette première étape, on nous arrête au bord d'une rivière où les guides ont ramassé des cendres du volcan pour nous faire un traitement du visage, histoire de commencer en beauté la randonnée. La randonnée dure 4 heures avec des passages parfois très escarpés, autant vous dire que ça grimpe ! A la période où nous faisons cette randonnée, il pleut vraiment vraiment des cordes à tel point qu'on ne pouvait plus emprunter le sentier battu et il a fallu traverser la jungle et passer le " Devil Canyon ", un passage en dent de scie et l'où on a traversé la rivière.

Sur les deux photos en haut à gauche, nos guides, vraiment des gens du coin, adorables et passionnés 

Nous avons marché 3 heures environ dans la jungle mais nous n'avons pas vu énormément d'animaux mais plutôt de gros insectes (araignées, milles pattes, papillons).... Et tout du long nous avons eu une merveilleuse vue sur le volcan Arenal. Nos guides étaient très expérimentés. Ce sont des locaux qui connaissent la jungle comme leur poche. Ils vous apprendront tout ce qu'il y a à savoir sur les plantes, les animaux. C'est passionnant ! Nous tenterons même de manger certaines de ces plantes... avec des goûts parfois... disons particuliers.

Oui, nous devons admettre qu'il n'a pas fait super super beau... 

Au bout de 4 heures de marche, nous arrivons à l'observatoire. Là-bas il y a un petit musée, un point de vue sur le volcan, et de très jolis jardins où l'on voit des petites grenouilles trop mignonnes !

Après une petite collation face au majestueux Arenal, nous prenons la route pour la source d'eau chaude. Sacré moment ! La rivière est, juste en amont, canalisée pour passer sur la route, ce qui donne un courant très très tonique à cette source d'eau chaude, qui arrive à toute vitesse dans un bassin où l'où fait trempette (sous une pluie battante). Il y énormément de courant ça nous emporte plus bas, et on ne voit pas forcément ce qu'il y a sous nos pieds (on vous conseille de prendre des petites chaussures pour se baigner dans cette source, c'est plus prudent 😉 )

La voilà notre source d'eau chaude ! 

La fin de la journée approche, et pour fêter ça comme il se doit nos super guides nous offrent un petit verre de Cacique avec de la limonade dans un décor paradisiaque, c'est la Pura Vida !

Nous rentrons le soir, exténués, sales, mais tellement heureux !

La météo n'est pas douce et charmante... Nous passerons la soirée sous une pluie torrentielle, mais cela ne nous empêchera pas de découvrir les deux restaurants suivants :

  • La pizzeria Ranch Fortuna : un peu américain, des pizzas GIGANTESQUES (même les plus petites sont énormes). ça requinque comme il faut !
  • Le restaurant tierra Mia : pour le même prix que tous les autres restaurants moyens, vous trouverez ici des plats délicieux, copieux, et un accueil absolument CHARMANT. Une vraie bonne trouvaille, nous recommandons chaudement.

Après ces péripéties montagneuses, nous envisageons la suite, et nous dirigeons vers...

7

Santa Elena est un merveilleux village au cœur de la nature. Cela ressemble beaucoup à La Fortuna mais en beaucoup plus vallonné. Pour arriver à Santa Elena nous avons opté pour la solution un jeep - boat- jeep depuis La Fortuna (comptez en tout 20$ par personne et 3 heures de trajet). Cette option est la meilleure si vous voulez rejoindre Santa Elena et cela évite de faire un long trajet en bus ainsi qu'un détour. De plus, la traversée est très sympa sur le lac Arenal.

Le lac Arenal, ça a sacrément de la gueule 

Le lac Arenal est un lac artificiel créé en 1973. Il alimente un barrage hydroélectrique et fournit 20% d'électricité du pays. De nombreuses agences du côté de La Fortuna propose des activités de paddle et canoë sur le lac mais nous n'avons pas testé, préférant explorer la jungle et le volcan.


Nous posons nos valises pour deux jours à l'auberge Pension Santa Elena. C'est une grande auberge avec plein de petites chambres très propres, une cuisine commune. L'accueil était très sympa, l'équipe donne énormément de bons plans pour les activités dans la région. Et c'est là qu'on a rencontré L&M un couple de français très sympa avec qui on passera la soirée à jouer aux cartes et à parler voyages.

En haut, la route qui mène à Monteverde, en bas, l'auberge et son habitant le plus énergique. 

On décide pour l'après-midi de faire une visite des plantations de café. Il y en a énormément dans la région et il semble que se soit l'activité phare. Sur les recommandations de l'équipe de l'auberge nous choisissons El Trapiche, une coopérative qui propose un tour 3 en 1 de ses plantations de café, de cacao et de canne à sucre. El Trapiche est une coopérative familiale qui cultive beaucoup de café, et accessoirement un peu de cacao et de canne à sucre. La visite dure deux heures, on nous montre le processus de fabrication du café allant de l'arbre à la dégustation ! Nous apprenons beaucoup, et le guide (qui parle anglais) nous fait toucher et goûter à tout. De même pour le cacao, et la canne à sucre !

A la fin de la visite la coopérative offre le goûter (une petite tortilla et un café de l'exploitation). Pour la visite comptez 30$ par personne, effectivement c'est un peu cher mais nous avons choisi l'option 3 en 1. Si vous souhaitez faire les plantations de café ça sera moins cher.

La visite des plantations de café est vraiment quelqu'un chose à faire ! 

Le lendemain matin alors que Ti glandait sur le trottoir devant l'auberge en buvant son café, un homme lui tape sur l'épaule, et lui dit "Hey ça va ?". What The Fuck, mais c'est F, notre ami de Cahuita et Bocas, désormais voyageur solitaire, qui est arrivé au même endroit que nous. Énorme, le Costa Rica est tout petit, on est donc à peu près toujours la même troupe de gens à faire le tour des coins les plus chouettes.

Puis nous prenons la route, et nous visitons le célèbre parc national appelé également Cloud Forest en compagnie de L&M (c'est génial de faire des rencontres).

Voilà Cloud Forest... qui porte terriblement bien son nom 

Nous passons 4 heures à travers ce grand parc. Il y a plusieurs sentiers, nul besoin d'être un grand sportif c'est à la portée de tout le monde. Nous avons choisi le sentier le plus long, espérant y voir plus d'animaux. Le temps n'était pas de la partie ce qui ne nous a pas permis de profiter de la vue en hauteur. C'était très brumeux et donc les animaux étaient difficiles à voir. Mais nous avons quand même vu des putois, des oiseaux magnifiques, des iguanes. L' entrée est de 20$, et un peu plus de 20$ par personne pour un guide. Finalement nous y allons simplement avec une carte, les sentiers étaient bien balisés. Mais nous n'avons pas vu énormément d'animaux et ni, hélas, le fameux Quetzal, oiseau rare du Costa-Rica.

En bas à droite un colibri... Ouais eh bien vu la taille du zozio faut se lever tôt pour lui faire faire un selfie ! 

Le soir nous invitons L&M à boire un verre ainsi que F notre ami français rencontré au Panama. C'est notre dernière soirée tous ensemble avant que chacun ne reprenne la route à travers le Costa-Rica.

Santa-Elena est encore un petit coin de paradis pour les amoureux de la nature. Cette région du Monteverde est comme son nom l'indique très verte, on est totalement dépaysés. Encore une fois on recommande vivement !

Prochaine étape la région de Manuel Antonio !

Nous avons pris le bus de 6 heures à la gare de Santa Elena (très haut perchée) nous avons roulé 4 heures jusqu'à Puntarenas (comptez environ deux heures sur piste). Puntarenas est une ville qui n'a absolument aucun intérêt sauf constituer un transit pour la route menant à Manuel Antonio. Nous avons donc changé de bus à Puntarenas direction Manuel Antonio. Mais pour nous éviter encore une fois un trajet trop long en bus nous décidons de faire un stop à Jaco.

8

Arrivés à Jaco, nous nous rendons au Blue Palm où nous avons réservé une nuit. Un petit hôtel sans prétentions situé aux abords d'une grande route.

Nos premières impressions sont de prime abord très mitigées sur la ville. Il est vrai que le guide ne recommandait pas vraiment cette destination très prisée des américains et très touristique. C'est bien vrai. Cette ville n'a aucun charme, c'est un attrape touriste par excellence.

La plage de Jaco... Bon, ça reste une plage, mais sauf que les constructions la bordant sont absolument infectes. 

Les touristes que nous croisons sont des américains qui viennent surfer. Pour ne pas rester sur ce sentiment nous allons visiter la ville qui n'a rien de spécial hormis une plage de sable noir très impressionnante.

Hélas nous n'avons rien à vous recommander à Jaco. En réalité il y a deux heures de bus de plus pour atteindre Quepos - Manuel Antonio. Nous aurions du prendre notre mal en patience. Le lendemain à la première heure nous décampons immédiatement !

Et là, ce qui nous attend pour la suite, c'est de la balle, en avant pour...

9

On est super excités d'arriver à Manuel Antonio ! C'est une des étapes phares du voyage, on a lu tellement de choses là-dessus.

Nous arrivons en milieu de matinée à Quepos un petit village niché dans les montagnes. A la gare nous devons prendre un petit bus communal pour aller à Manuel Antonio, à 5 km environ. Pour notre séjour nous avons réservé deux nuits à l'auberge Vista Serena recommandée par le guide du routard.

Quelle surprise en arrivant à l'auberge ! Nous avons une vue imprenable, magnifique, splendide, majestueuse, un truc de guedin-ouf-malade-zinzin sur le pacifique, c'est magnifique. La terrasse est hyper spacieuse avec plein de hamacs pour flâner. L'auberge est juste incroyable ! C'est un petit coin de paradis.

La vue, de guedin ouf malade zinzin 

Nous avons opté pour un bungalow partagé avec d'autres routards A&R avec qui nous sympathisons et passons des soirées géniales. La nuit est à 40$ la nuit petit-déjeuner compris. L'auberge comporte également une grande cuisine commune avec vue.

L'auberge, un truc de dingo dingo dingo 

Le village de Manuel Antonio est tout petit et beaucoup plus calme que Quepos. Nous avons trouvé quelques spots très sympas durant le séjour. Notamment le bar "El Avion", un avion américain qui s'est écrasé au Nicaragua dans les années 1940 d'après le guide du routard mais ramené jusqu'au Costa-Rica par la suite. Aujourd'hui l'avion a été complètement réaménagé en bar, on peut boire une délicieuse pina colada dans le cockpit !


Comme on le disait en introduction, les restaurants sont relativement chers au Costa-Rica hormis quelques sodas. Donc la majeure partie du temps on cuisinait dans la cuisine commune de l'auberge. Mais nous avons testé un soir en rentrant de El Avion, le Falafel Bar où on mange donc de délicieux falafels tout faits maisons à prix abordables (ça change du riz et du ricolès 😉 )

L'activité phare de la région est le parc naturel de Manuel Antonio, c'est le plus célèbre du Costa-Rica. Des bus font l'aller-retour régulièrement de Quepos au parc environ toutes les 20 minutes pour 300 colones. A l'auberge nous partageons notre bungalow avec un couple de canadiens A&R avec qui nous sympathisons et passons des chouettes soirées à l'auberge.

Le lendemain matin direction le parc national Manuel Antonio. Sur les conseils de A&R nous prenons un guide à Manuel Antonio. On espère ainsi voir le maximum d'animaux, notamment des paresseux très difficiles à apercevoir car très lents.

L'entrée du parc est de 20$ par personne et le guide environ 20-25$ par personne mais nous arrivons à négocier un guide à 10$ par personne pour des explications en groupe. Le parc est très très touristique. C'est le plus touristique que nous ayons visité jusque là. Les locaux y rentrent seulement pour pic-niquer en famille sur la playa Manuel Antonio, la plus belle du parc, ce qui fait que le site est extrêmement fréquenté.

Nous avons vu énormément de paresseux, même des bébés, des araignées, des gros crabes rouge et bleu, des ratons-laveurs, des agoutis, des singes ! Le parc est assez grand, la nature est évidemment luxuriante et la vue tout simplement magnifique mais notre coup de cœur reste le parc national de Cahuita, beaucoup plus sauvage !

Après deux jours à Manuel Antonio, nous reprenons la route vers Uvita !

10

Après deux bonnes heures de bus nous arrivons à Uvita, un autre petit coin de paradis beaucoup moins fréquenté que Manuel Antonio. Nous croisons d'ailleurs très peu de touristes.

Nous posons nos sacs à dos à Camping y Cabinas El Tecal. L'accueil était vraiment sympathique bien que ne parlant qu'espagnol, ce qui n'était pas plus mal pour nous forcer à pratiquer la langue. Le camping est située à la sortie de la ville, donc loin des commerces et des restaurants. Heureusement il y a une toute petite épicerie pour trouver le strict nécessaire.

Cabinas Tecal à gauche, et une publicité un peu surprenante à droite

Nous avons payé 44$ la nuit pour un petit bungalow très propre avec climatiseur (ça nous avait manqué) petite cuisine équipée et piscine commune. Il y a aussi un grand coin barbeuck commun, que nous n'avons pas eu le temps d’étrenner 😀.

Parmi les activités de la région, il y a le parc national Marineo Ballena à 6$ par personne. Malheureusement ce n'était pas la saison pour voir les baleines donc on s'est contentés de se promener sur la gigantesque plage et de marcher jusqu'à Bahia (pas Bahia Drake hein, Bahia tout court).

La plage ENOOOOORMEEEEE 

Le parc national Marineo Ballena possède quatre entrées. Renseignez-vous bien sur les horaires de marées avant de partir au risque d'être piégés.

Marineo Ballena 

Les activités se font plutôt rares dans la région excepté le parc si vous êtes là à la bonne saison. Donc pour une fois, on s'est dit qu'on ferait un peu de farniente ne nous ferait pas de mal à ce stade du voyage. On a choisi un petit hôtel sympa avec vue pour se faire plaisir pendant deux jours. Direction Ojochal !

11

Nous posons nos sacs à dos à Villas Gaïa dans le village de Ojochal à 10 kilomètres de Uvita (à 9$ de taxi). L'hôtel est composé de plusieurs bungalows très coquets et une piscine magnifique avec vue sur la plage de Tortuga. La nuit est à 48$ avec petit-déjeuner. On s'est un peu craqué, mais là nous avions besoin de confort et de réconfort, car la fin de notre épopée au Costa Rica approche. Deux nuits et l'ensemble des repas, qui étaient fort fort fort bons, nous ont coûté au total 160$. Craquage pour nous, mais pour le pays c'était au final vraiment bon marché.

Et BAM ! Gaïa ! 
Eh haut, le bungalow et la vue du matin, et en bas, nos compagnons qui venaient nous chanter des cantiques chaque matin ! 

Il n'y a pratiquement rien à Ojochal, c'est un tout petit hameau. Nous sommes allés à la plage de Tortuga à pied. C'est la seule activité à faire à Ojochal. Pour nous c'était farniente au bord de la piscine... c'était le petit luxe de notre voyage à en sac à dos.

La plage est très impressionnante car vraiment immense mais ce jour-là elle était peu propice à la baignade comme il a plu la veille l'eau était boueuse. La plage n'est pas fréquentée du tout !

Playa Tortuga, absolument monumentale 
12

De retour de notre petit confort, on dort une dernière nuit à Uvita et nous prenons encore une fois nos quartiers à Camping y Cabinas Tecal.

Notre dernier coucher de soleil sur le Pacifique 

Un taxi vient nous chercher à l'aube pour prendre le bus jusqu'à San José où nous prenons notre avion direction le Panama.

C'est bientôt la fin de notre séjour, on fait nos adieux au Costa-Rica !

Notre astuce pour ne pas regretter le Costa Rica :Un bus affreusement long jusqu'à San José, un chauffeur de taxi malhonnête à souhait, un aéroport sans âme et des duty free qui n'ont absolument rien de bon marché, et voilà, la tristesse du départ est abandonnée vite fait bien fait.

Nous rentrons (car ce n'est pas tout à fait fini) vers...

13

Nous arrivons à Panama City. Nous avons décidé de ne pas réitérer le long périple en bus, et nous avons préféré prendre un vol intérieur et profiter des trois derniers jours qu'il nous reste. Nous logeons encore une fois au Luna's Castle pour la fin du voyage.

Parbleu que nous aimons cette vue depuis le balcon de Luna's. On y passe des heures, et R. joue de la gratte à côté, c'est nickel 

Au programme : visite du Canal, visite du quartier d'affaire, et achats des souvenirs. On rencontre de nouvelles personnes à l'auberge notamment R un français venu faire du bénévolat pour un long moment et J un colombien qui fait le tour de l'Amérique latine. Nous retomberons également totalement par hasard sur une allemande, dont le nom nous est parfaitement inconnu, que nous avions déjà croisé au même endroit à l'aller, mais aussi à divers endroits de Bocas del Toro. Elle semblait très étonnée de nous voir, et du coup comme à toutes les chouettes rencontres que nous avons faites, nous lui avons laissé un petit cadeau !

L'après-midi même on visite le Canal en compagnie de R. direction le Miraflores (comptez 10$ depuis le Casco Viejo, il paraît qu'on peut le négocier à 7$, en avant les beau parleurs !) L'endroit est incroyable, c'est très intéressant et c'est une étape indispensable si vous êtes de passage à Panama City ! La visite dure en tout 5 heures (il y a un musée, un petit film documentaire est projeté, puis on attend les bateaux passer). On est tellement contents d'avoir vu le Canal, c'est la classe !

Pour tirer et guider les bateaux, on voit des petites loco grises, ce sont des mules ! Petites mais costaudes ! 
Vraiment gigantesque ! Ce qui rends dingue, c'est de faire passer de si gros bateaux dans de si petits passages ! 

On en profite également pour visiter le quartier d'affaire et faire quelques achats au mall d'Albrook. Il est immense, on se perd !


Quelques adresses de resto sympas et très abordables dans le Casco Viejo :


Avec R et J on teste un resto très célèbre du Casjo Viejo, le Coca-Cola restaurant. Les panaméens disent qu'il fut fréquenté par le Che Guevara et encore Pablo Neruda mais il est surtout célèbre pour avoir remporté un procès contre The Coca-Cola Compagny qui reprochait au restaurant d'avoir usurpé le nom (procès remporté par le resto 😉 ). Le restaurant est délicieux et vraiment abordable ! C'est une bonne alternative pour les budgets serrés.


Chez René : une petite perle ce resto. Il est tenu par des boliviens, les plats sont délicieux et ils proposent un menu à 10$ (entrée-plat-dessert) hyper hyper copieux !


Le Mercado de Mariscos : une référence, délicieux marché de poissons où l'on propose des fritures, des ceviche, des fruits de mer en sauce à prix abordables (mais regardez bien l'addition, ils ont voulu nous tromper de 3€ en plus sur chaque plat).


Chez Dodo : un salon de thé situé Plaza de Francia qui fait de très bons goûters !


Notre séjour s'achève, il est temps de faire nos sacs à dos et dire au revoir à tout ce beau petit monde. On repart la tête remplie de souvenirs, ça fait un petit pincement au cœur. Vivement le prochain voyage !

Nous aurons le temps de nous remémorer tous ces chouettes paysages, et ces fabuleuses rencontres. Alors à tous nos amis en sac à dos, en voiture, en vadrouille, en balade, en glandouille, tout ce que nous aimons faire, à O, à F&A, à M&L, à A&R, à J, à R, mais aussi à Piki, merci d'avoir partagé un petit bout de route avec nous, nous vous souhaitons una PURA VIDA, et surtout nous vous attendons chez nous !