Un mois de road trip aux USA

Nous avons parcouru la Californie, l'Arizona, le Nevada, l'Utah, pour une tournée des grands parcs et des grandes villes de l'Ouest américain !!
Du 15 août au 8 septembre 2018
25 jours
3
1

Et revoici Chatontheroad maintenant sur la route 66 ! Sac sur le dos, en route pour la Californie, l'Arizona, l'Utah, le Colorado, et le Nevada ! Au programme, que des choses qui font rêver : LA, SF, Fabulous Las Vegas, Monument Valley, Grand Canyon, la Vallée de la mort, le plus gros arbre du monde, l'endroit le plus chaud du monde,... et nous en verrons tellement d'autres

Evidemment, évidemment, évidemment, NOUS REMERCIONS DE TOUT CŒUR L'EQUIPE DE MYATLAS, grâce à qui, suite au concours de Pâques, nous avons pu monter ce merveilleux voyage.

Si vous préparez un road trip aux USA, nous avons regroupé tous nos bons conseils dans un article à part que vous trouverez en cliquant ici

Après 3 vols, ma foi plutôt pas super drôles, notre première nuit aura lieu à proximité de l'aéroport de Los Angeles (LAX), car nous ne récupérons la voiture que le lendemain. Donc en route pour nos premiers pas dans LA, dans un Airbnb qui se révélera en fait être un garage couvert de rideaux dans tous les sens, où l'on a simplement déposé un lit. Voilà voilà.

Juste à côté, et nous constaterons vite que sans voiture, dans Los Angeles, on l'air finot, nous trouverons un petit chapelet de fast-food en tout genre. ça y est, ça sent la grosse viande et l'huile. Pour démarrer en douceur, nous prenons un mexicain, qui sera quand même passablement chargé.

Hey Myatlas, tu pars avec nous ! 
2

Au petit matin, après avoir salué la propriétaire qui ronflait abondamment sur le canapé nous quittons notre garage qui nous sert de chambre, en direction de la location de voiture. Et là, grosse surprise, car le loueur a un mode de fonctionnement un peu génial : en gros, on arrive, on remplit un formulaire, et on se présente à l'entrée d'un grand parking. Un gentil monsieur nous désigne une allée estampillée "SUV", et là, on choisit CE-QUE-L'ON-VEUT. Nous avons passé une bonne demi-heure à palper toutes ces grosses voitures rutilantes, jusqu'à poser notre dévolu sur une Jeep Cherokee, qui sera notre fier étalon pour cette longue route. Trooooop bien.

La conduite se révèle finalement d'une simplicité étourdissante. Toutes les voitures sont automatiques, les routes sont immenses, et on peut se garer très facilement.

Notre premier stop sera pour la Plage de Santa Monica, une des plus belle de la ville. Après un petit repas ma foi bien sympa les pieds dans le sable au "Back on the Beach", où nous découvrirons que 1) très étonnement le thé glacé n'est aux USA pas sucré 2) les quantités sont monstrueuses, nous partirons nous baigner dans cette eau chaude et animée, en compagnie des dauphins (non mais des dauphins quoi).

Nous rejoignons par la suite le quartier de Culver, pour prendre nos quartiers dans notre nouveau logis. Absolument génial ! La maison est grande, impeccable, bien décorée, la chambre est très belle, la salle de bain tout autant. Nous avons déjà presque hâte de nous coucher, mais non nous partons déjà pour notre prochaine étape.

Sur le nouveau moteur "d'expériences" de Airbnb, nous avons trouvé une balade à faire autour du Hollywood Sign. Nous sommes donc accueillis par un très gentil Thom, avec une dizaine d'autres personnes, au pied de la si célèbre colline. Thom nous emmènera jusqu'au dessus du signe, en nous racontant son histoire, l'histoire d'Hollywood, de Los Angeles, et tant d'autres anecdotes géniales. Vraiment nous avons eu un coup de cœur pour cette balade.

Los Angeles vu depuis la légende 
Ah mais en fait elles sont ENOOOORMES les lettres... 

Retour au bercail en fin de journée, où nous avons déambulé à la nuit dans le quartier de Culver, qui est super sympa. Petits concerts dans la rue, plein de petites terrasses, tout pour s'y sentir bien.

3

Et nous prenons la route, en direction de Flagstaff, nous prévoyons donc de quitter la Californie pour le grand état de l'Arizona.

Pour sortir de LA par l'autoroute, sans GPS on ne voit pas comment faire. Les autoroutes urbaines font 5 voies chacune, il y a des sorties dans tous les sens, et ça pendant une trentaine de kilomètres.

Au bout d'environ 2 heures, nous quittons l'autoroute, qui longe de très près la fameuse, la légendaire, l'incroyable route 66. Et au bout de quelques minutes, nous arrivons au tout aussi légendaire "Bagdad Café". Pour lire le prochain paragraphe, merci de cliquer ici.

A gauche, une route de campagne... et à droite, la mythique route 66 

Le Bagdad Café, rendu si célèbre par le film du même nom, n'a pas bougé d'un cheveu, il a seulement gardé les traces des centaines, milliers, centaines de milliers de voyageurs qui sont venus se délecter de son fabuleux café (oui, car le percolateur est réparé hein). C'est un endroit absolument génial. La plupart des voyageurs dédicacent un dollar que l'on peut accrocher au mur. Beaucoup d'autres y ont laissé leur t-shirt, qui tapissent ainsi le plafond. On a quand même trouvé un t-shirt de la Corse, un écusson de la Police française, mais aussi moult clubs de sport de petits patelins de France, c'est assez génial. Bien sûr, ce ne sont pas Jasmine et Brenda qui accueillent, mais vous aurez de l'autre côté du comptoir des locaux, mais alors vraiment des locaux. Voix rauque, anglais chewing-gum comme jamais nous n'avions vu, on fait un immense plongeon dans la campagne américaine.

A desert road from Vegas to nowhere 

Petit fou rire dans le café, car un français voulait absolument acheter une bouteille d'eau, mais sans grand succès. Voici le dialogue :

Touriste : "I want bottle of water"

Barman : "I don't have any bottle of water, but I can give you a glass of water of ice"

Touriste : "But, you are not a bottle of water ?"

Barman : "Ahem... No,..."

Et là, on était déjà pliés en deux... Mais le pire c'est qu'il a insisté avec cette désastreuse phrase pendant de longues minutes le bougre... La France, pays des langues étrangères.

Nous reprenons la route, et après avoir traversé un orage MONSTRUEUX qui a fait chuté la température de 37° à 18 en quelques instants, et pendant quelques minutes, nous arrivons après plus de 7h de route à Flagstaff. Nous entrons en Arizona ! Et VLAN !

Flagstaff est une petite ville très chouette, située au milieu de la plus grande forêt de "pins Ponderosa" du monde.

Nous prenons nos quartiers chez John, un gentil, très gentil hôte qui nous ouvre les portes de sa maison. John est musicien, et un peu roots, on adore sa maison, c'est impeccable. Le seul truc qui nous surprendra c'est la petite lavette/éponge de la cuisine, qui a l'air de servir vraiment à tout, à savoir laver la vaisselle, le plan de travail, le sol de la cuisine... Il nous laissera l'accès à sa cuisine toute équipée, alors en avant on va tenter d'aller faire des courses.

Ce qui nous a frappé dans les magasins, c'est qu'il n'y a pas de produits "basiques" : la majorité des rayons sont des produits préparés, des gâteaux chargés, des plats tout faits, mais en fouillant on trouve son bonheur (enfin, tout est relatif hein...).

De retour à la maison, et après un passage aux fourneaux, nous avons bien mérité une bonne nuit de sommeil, car demain en route pour le Grand Canyon, et c'est pas tout près tout près.

4

Nous prenons la route au petit matin en direction du grand canyon. Sur la route, nouveau contact avec les extravagances routières des USA

Nous arrivons par l'entrée Sud du parc, au niveau de Tusayan. L'entrée de tous les parcs se ressemble. Un genre de petit péage, mais tout en bois, où on est accueilli avec le sourire, et où on nous remet une carte des lieux. Nous achetons, à l'entrée de ce premier parc, le pass "America the Beautiful", qui nous permettra d'accéder à tous les parcs nationaux. Puis nous roulons jusqu'au Grand Canyon visitor center où nous laissons la voiture.

Le Grand Canyon est une curiosité géologique en forme de gorge, formée par le fleuve "Colorado". Un des plus fréquentés du pays, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, sa profondeur atteint par endroits 1300m, de quoi être recoiffé en quelques secondes.

Il y a trois façons de visiter le canyon : la face Sud, la plus connue, la plus accessible, la face Nord, beaucoup moins connue (accessoirement la route pour aller de la face Sud à la face Nord fait 350km !), et la descente en bas de canyon. C'est une randonnée apparemment très difficile mais splendide.

La majesté du Grand Canyon nous sautera alors aux yeux au niveau de Mather Point. Là on reste totalement sur le carreau. A perte de vue, des formations rocheuses, un vertige de dingue, on comprend déjà beaucoup mieux la légende de ce lieu.

Nous prenons ensuite le chemin appelé "Rim trail", qui passe par le Geology museum jusqu'au "village". Nous marcherons environ 4km, que nous aurions pu faire en bus (gratuit). La balade est stupéfiante, on ne se lasse pas de regarder en bas. Evidemment, pour les amateurs de photos, c'est comme une confiserie pour les enfants : un vrai régal. Et nous qui voulions nous faire la main sur notre nouveau joujou, on est copieusement servis.

Au village, il n'y a finalement pas grand chose à faire, à part acheter des sodas (tiens tiens...), des sandwichs gargantuesques, et admirer les hôtels où les rares touristes qui ont de quoi débourser 500$ la nuit peuvent s'endormir avec la vue sur le canyon.

Nous prendrons par la suite le bus pour les 11km de la suite de la balade, jusqu'à Hermits Rest, avec un stop à Hopi Point, puis un autre à Pima Point. A nouveau, on en prend plein plein plein les yeux, on est envoûtés.

Tout au fond, le Colorado, architecte de cet endroit incroyable 

A Hermits Rest, pas grand chose d'extraordinaire, si ce n'est des foules de touristes qui s'agglutinent sur trois malheureux bancs, alors qu'à quelques dizaines de mètres plus loin, luxe, calme et grand Canyon.

Nous aurons la chance d'assister au vol des merveilleux condors du canyon 

Après 6h de marche, balade, et d'émerveillement, nous reprenons la route vers Flagstaff, que nous aurons le temps de visiter un peu.

Et hop, une remorque, une rallonge, et on fait du Rooock 

La ville est géniale. Un vrai petit bourg à la très chouette ambiance. Nous avons eu la chance d'assister à un concert en pleine rue, goûter de chouettes petits produits au Steep Leaf Lounge.

Autre détail drôle, la marque de la ville est le sigle "WTF", qui bien sûr habituellement signifie What The Fuck, mais ici, c'est "Welcome To Flagstaff !"


Nous vous présentons Argo (qui prend peinardement l'apéro).

5

Nous quittons notre petit coup de cœur de Flagstaff au petit matin, un salut à John, une caresse à Argo, et en voiture Simone. 2h et des brouettes plus tard, nous arrivons à la ville de Page. Et là, les bras nous en tombent.

Même si le lac Powell est devenu une curiosité que des millions viennent voir, il n'a rien de naturel. C'est un lac qui est né de par la construction du Barrage Powell, qui a été construit pour palier le manque d'électricité de la région.

(Trrrrès accessoirement une immonde centrale à charbon se situe à quelques encablures de la ville. Hey les gars, vu que vous avez le barrage, vous voulez pas enlever cette verrue ?)

La ville de Page est donc née d'abord par les bâtisseurs du barrage, puis est restée.

Eh oui, les bras nous tombent, car naïvement nous avions pensé qu'une ville au bord d'un lac, toussa toussa, devrait être luxuriante, verte, et tout le toutim. Nada ! Page est une ville ultra pelée au beau milieu d'un désert tout aussi vide. Il n'y a pas une plante à 50km à la ronde. C'est un paysage auquel nous ne nous attendions pas, mais que nous avons tout de même trouvé fantastique.

En gros, la région de Page, ça ressemble à ça. Très western, mais terriblement désert 

La ville est sympa, notre chambre Airbnb l'est tout autant, nous serons en colocation avec un couple d'indiens, et un couple d'américains, tous très sympas. Il y a notamment une rue assez surprenant, "Lake Powell Boulevard", qui voit s'aligner une série incroyable d'églises, toute plus mignonnes les unes que les autres, parmi lesquelles une église épiscopale, l'église de Jésus Christ des saints derniers jours (église mormonne), une église méthodiste, il n'y a qu'à choisir.

Nos chers coloc indiens nous proposeront un de leurs plats fait maison un soir, en nous assurant "no no, not spicy, no worry".

Oui, bah on a failli faire un infarctus tellement c'était fort...

Première tentation à Page, aller voir le fameux Horseshoe Bend. Il s'agit d'un méandre du Colorado situé en aval du barrage.

L'accès au Horseshoe Bend se fait après une marche d'environ 15 minutes depuis le parking, situé sur le bord de la grande route.

N'oublions pas que nous sommes en plein désert, et que la chaleur y est étouffante. Il est obligatoire d'emporter une bouteille d'eau par personne, et des chaussures (pas des tongs) pour s'y rendre.

(Bon, cela n'empêche pas de gros malins d'y aller en tongs avec des gamins crâne nus en plein cagnard...)

Et là, la magie opère. Le Horseshoe Bend, c'est un truc de fou furieux. Une vue absolument splendide depuis le haut de la falaise, qui donne sur ce méandre cristallin, bleuté, où barbotent paisiblement quelques bateaux. Il n'y a pas vraiment de mot pour le décrire, les photos parlent mieux.

Nous avions repéré un point qui nous plaisait bien dans le routard, le "Scenic view point", aussi appelé "Wahweap Overlook", alors en avant pour un sunset trois étoiles.

Pour ce faire, il faut quitter la ville de Page en direction du barrage, traverser ce dernier, et après environ 2km, un petit panneau sur la droite nous emmène vers le site. Très peu fréquenté, le scenic view point donne une vue à 360° sur le désert d'un côté, et sur le lac de l'autre. C'est un endroit splendide, majestueux. Décidément depuis le début de ce voyage on en prends plein les yeux.

6

La loueuse du airbnb où nous nous trouvons se trouve être également loueuse de matériel de sports nautiques dans la ville, nous prévoyons donc une balade d'Antelope Canyon en Canoë ! (et du coup, le combo nous a valu une petite ristourne).

Au petit matin, nous nous présentons à la boutique, et illico, un gentil monsieur me prends les clés de la voiture. Le temps que je me retourne, il avait harnaché notre destrier de boudinets en mousse sur le toit, et hop, il y avait perché un canoë. Puis une dame nous remet une carte de la route pour se rendre à l'embarcadère, et une carte de la rivière, pour se rendre au canyon. Et nous voilà partis, en totale liberté.

Nous arrivons à l'embarcadère, qui est lui aussi totalement américain. en France, les embarcadères sont des petites descentes en béton vers l'eau. Là, c'est une autoroute, une 8 voies, qui se jette dans la rivière. Ici s'entassent des 4X4 rutilants, qui traînent des remorques monstrueuses, sur lesquelles se trouvent des bateaux tout aussi rutilants, équipés de sono et tout le barda. Un vrai showroom, le plus gros, le plus beau.

Bon, alors sauf que le gentil monsieur ne nous a pas trop bien expliqué comment descendre notre canoë du toit de la voiture. La peinture du toit s'en souviendra, mais nous voilà arrivés.

Nous partons sur notre frêle esquif sur la rivière, et après environ 1h de pagayage, nous tournons à gauche, pour rentrer dans Antelope. Et là, la magie opère (encore une fois). Plus nous avançons, plus les parois qui nous entourent s'élèvent, plus le passage est étroit, plus les autres bateaux (qui ne passent plus là où nous sommes) font demi tour, et nous nous retrouvons alors seuls dans la majesté ocre de ces formations rocheuses. Arrivé au bout, il n'y a plus d'eau, alors nous beachons notre canoë, et continuons à pied. C'est un pur bonheur.

Le chemin retour se fera sans encombres (sauf la rencontre avec un bateau ENORME à la sortie du petit fleuve), et nous réussirons, grâce à un gentil belge, à remettre notre yacht sur le toit de la tuture.

Nous avions lu beaucoup d'articles, blogs, sur Antelope Canyon. Il y a deux zones d'accès, Lower Antelope et Upper Antelope. Ce que nous décrivons ici c'est "Upper". Nous n'avons pas fait "Lower", même si c'est la partie la plus connue, car d'après ce que nous avons entendu, il s'agit d'un zoo à touristes où on est parqué dans des mini bus qui nous emmènent pour une rapide balade du canyon (qui lui est hors d'eau) pour 80$ par personne.

Pour la fin de cette journée, nous retournons voir le coucher de soleil sur le Horseshoe Bend, et la magie opère à nouveau...

7

Nous quittons la chouette petite ville de Page, pour notre prochaine étape. Après quelques dizaines de miles nous arrivons à Blanding, un genre de petit patelin (paumé il faut le dire), dans le Sud Est de l'Utah. Très honnêtement, le premier contact est frais. Le village est relativement sans intérêt, on se prend un orage torride sur le cornet, et le pomponno de la pomponnette, le airbnb que nous avons réservé n'est pas top.

Nous passerons alors l'après midi à déambuler dans la région, en allant jusqu'au Colorado, sans être vraiment convaincus par la région.

Ouais, alors pour le "colorful", on repassera
8

Nous partons à l'aube pour nous rendre à une des étapes dont nous rêvions depuis des mois voire des années, la vallée des légendes, Monument Valley.

Avant d'arriver sur le site, nous remarquons une kyrielle de voitures arrêtées dans le bas côté à faire des photos. Vu que nous sommes de gentils petits visiteurs, nous nous arrêtons jusqu'à ce que la réalité nous saute dessus : mais nous sommes à Forrest Gump Point, l'endroit où notre gentil Tom Hanks s'arrête de courir dans le film qui porte son nom. C'est énorme !!

Puis nous nous rendons à l'entrée du parc, où nous devons payer. Eh oui, Monument Valley n'est pas un "National Park", c'est une réserve des indiens Navajos. Nous nous acquittons donc des 20$ de l'entrée, et évidemment on nous remet une petite carte.

Quelques centaines de mètres après l'entrée, on arrive sur la terrasse du visitor center, et là, il n'y a plus rien à dire, mais alors plus rien du tout. Il n'y a qu'à admirer.

Nous partons ensuite en voiture pour le tour classique de visite du parc. C'est une piste terreuse, que l'on ne peut pas faire en berline, car trop accidentée, de 11miles, qui fait faire le tour des plus belles formations rocheuses. Une pure merveille.

Nous rentrons au visitor center 3h plus tard, et nous rendons sur le lieu de notre prochain enchantement, Sacred Monument Tour.

Nous arrivons sur un ranch, où nous attend la gentille "Jewelz", une dame habillée comme John Wayne, qui marche comme Terence Hill et parle comme Bud Spencer, on vous raconte pas le mélange. Là un gentil monsieur nous grimpe sur deux chevaux, et nous patienterons une bonne demi heure là haut le temps que les 4 autres personnes soient prêtes.

Ti n'a jamais fait de cheval, et n'est pas trop trop rassuré. Mais finalement, ça a été. La balade, même pour les super-novices, est super facile. Même que le cheval prendra des chemins bien différents de celui de la guide, mais ça se passe tout simplement. Nous venons d'entrer dans la légende. Nous avons parcouru le chemin reliant les si célèbres West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Butte à cheval.

Nous prenons un immense bol des meilleurs westerns du 20ème siècle, un peu de retour vers le futur. Un des plus grands moments de nos trips autour du monde.

Sur la route du retour, nous ferons un gros gros repas au Cottonwood Steakhouse à Bluff, qui offre un bandana à tous ses clients, en plus de repas copieux et délicieux. Là y'a pas à dire, on est des cowboys.

9

Nous quittons Blanding au petit matin, mais au lieu de partir vers l'Ouest, nous partons cette fois ci vers le Nord, en direction de Moab. Quelques kilomètres après Moab, nous entrons (un peu par hasard) dans Arches National Park. On nous remet un petit plan (ah bah ça alors, quelle surprise), et en voiture dans le parc.

Arches est un parc national, connu pour ses arches de pierre. Ne nous emballons pas non plus, il n'y en a pas des centaines au mètre carré, mais la balade nous donnera vraiment des vues sur des endroits stupéfiants. Ces arches ont été formées par les dépôts de sédiments au fond d'une mer présente il y a 300 millions d'années.Des mouvements de la terre ont par la suite "tordu" ces strates, et l'érosion a fait le reste, dégradant certaines couches les plus friables, créant ainsi des arches.

Nous aurons donc la joie de connaître des lieux si magiques que Tower of Babel, Petrified Dunes, Balanced Rock, Windows Section, et tant d'autres.

Nous avons également fait la marche qui mène jusqu'à Broken Arch, et avons été jusqu'à voir Delicate arch (pas toucher hein, c'était trop loin, et il faisait trop chaud).

Après cette chouette, très chouette balade, nous ferons un stop à Moab, notamment pour goûter les délices de l'Eklecticafe, et voir cette ville vraiment très belle.

Attention, tip top bon plan :

En partant vers le sud en partant de Moab, au mile 93, tournez à droite. Puis suivez la route pendant 22 miles jusqu'à un point appelé "Needles Overlook", et vous aurez le droit à un fantastique cadeau de la nature.

Nous passerons la soirée au bowling de Blanding, sympa et pas cher, mais dans une station service !

10

Après les grandes émotions de l'Est de l'Utah, mais aucune émotion à l'idée de quitter Blanding, nous rejoignons la petite, toute petite bourgade d'Antimony. Nous prenons nos quartiers dans un belle maison où siègent plusieurs chambres de airbnb. Notre hôte nous avait prévenu que "elle passait beaucoup de temps à l'église". Ah, nous arrivons donc chez des mormons, nous sommes heureux de cette découverte.

La maison est très belle, très propre, bien décorée, et le village est petit, mais sympa. Nous faisons notre première balade au bord du lac Otter creek, situé à quelques centaines de mètres du village. Nous nous retrouvons en fait au milieu d'un camping, où s'alignent des caravanes qui n'ont rien à voir avec ce que nous connaissons. D'autant plus qu'une bande de jeunes qui est en train de s'installer arbore fièrement des plaques d'immatriculation ornées de fusils mitrailleurs sur la voiture, et prennent grand soin d'installer un immense drapeau "Trump" sur leur caravane. Bon, bon bon... On dirait que c'est pas l'ambiance que l'on cherche.

Du mignon et du beaucoup moins mignon 

Nous partons donc pour la petite ville de "Circleville", à 10km, pour un goûter vrrrraiment chouette au Butch Cassidy's restaurant. Eh oui, car Butch Cassidy, le célèbre bandit, a grandi ici. On peut d'ailleurs visiter sa maison, qui est en fait une petite bicoque en bois. Nous ne l'avons pas visité, car l'idée de célébrer un criminel nous laissait un peu perplexe.

Au milieu la maison, enfin le tas de bois de Butch Cassidy 

Le soir, nous nous fendront d'un restaurant à Circleville, mais nous ne mettons pas le lien, car c'était affreusement Nuuuuuuuuuuuuul.

11

Au petit matin, nous faisons un stop pour un petit déjeuner au Mercantile Antimony. Et là, le terme de PETIT déjeuner est totalement inadapté. Nous nous installons au comptoir, et sommes entourés de locaux. Grosses voix, gros chapeaux, et surtout GROSSE BOUFFE. Le principe est simple : on peut commander tout ce que l'on veut : des pancakes, des oeufs, des saucisses, des steacks, du bacon, de l'omelette, des patates, et tout ça est cuit sur une énorme plaque chauffante gérée par un monsieur qui a du goûter tous les plats que l'on trouve ici. Evidemment il arrose tout ce qu'il fait d'une quantité monumentale de fromage, et asperge le tout régulièrement d'un spray de beurre ! Nous avons donc pris deux pancakes (qui font la taille d'un disque vinyl 33T), et un "sandwich", qui est en terme de quantité plus proche d'un buffet complet, avant de prendre la route, repus.

Après une bonne demi heure de route, nous arrivons à l'entrée de Bryce Canyon. De manière totalement incroyable, on nous remet un plan des lieux (héhé), et nous voilà parti pour la balade. Nous ferons en premier une marche d'environ 30 minutes depuis Sunrise point, pour éliminer le petit-gros déjeuner.

Il y a Sunrise Point, orienté vers l'Est, donc pour voir le lever de soleil, et sunset point, un peu plus loin, orienté de l'autre côté, pour voir le coucher de soleil. Les deux sont superbes. Nous poursuivrons notre route vers Inspiration Point puis vers Bryce Point. Tous ces points offrent un panorama sous différents angles sur ce qui est ici appelé "l'amphithéâtre".

Depuis Sunset Point, nous ferons également la descente dans Navajo Loop, une balade où l'on descend assez rapidement vers le pied des formations rocheuses, c'est vraiment à faire.

Plus tard dans la journée, nous irons jusqu'à l'extrémité du parc, Rainbow point, beaucoup plus haut, qui n'a pas la vue sur l'amphithéâtre, mais une vue sur la vallée absolument magnifique. Nous ferons par la suite tous les points entre celui ci et l'entrée du parc.

Et pour le plaisir, un magnifique sprint d'un écureuil 

Bryce Canyon est vraiment un endroit magnifique, moins bondé que d'autres, et vraiment propice à de magnifiques balades.

Nous terminerons notre journée par un repas frugal à la maison, où nous avons emprunté un coin de la grande table familiale. Nous avons été rejoint en cours de repas par la famille (la mère, le père et un des huit enfants), qui s'excuseront en arrivant car ils allaient faire la prière. Ah mais allez-y, ça ne nous dérange absolument pas !

L'ambiance dans la maison est super détendue, nous rencontrons un co-voyageur espagnol, et tout ce beau monde se retrouve autour du thé dans le grand salon, c'est vraiment super.

Nous préparons cependant à nouveau nos sacs, car demain, on attaque le gros morceau.

12

Eh oui car le gros morceau c'est Las Vegas ! Nous prenons donc la route au petit matin, pour se diriger vers Sin City. En chemin, nous ferons un stop à Parovan, après avoir vu un panneau sur la route annonçant "les meilleurs cinamon rolls du monde". Il n'en faut pas plus pour attiser notre curiosité. Nous nous arrêtons donc au Parovan Café, qui, en plus de faire en effet d'excellents petits déjeuners, vous propose, en exclusivité, la grande loterie de l'été ! Et le premier lot de cette loterie est un superbe fusil à lunette... Bon bah on a pas joué.

A gauche sur la photo, les gains du concours ! Génial...

Nous arrivons en début d'après-midi à Las Vegas, et après avoir changé de voiture (car la précédente ne voulait plus de nous), nous nous engouffrons dans un parking souterrain sous le Strip.

Tous les grands hôtels du Strip ont d'immenses gigantesques parkings souterrains. Mais attention, certains sont payants ! Nous avons fait le Wynn, qui est payant, alors on vous conseille celui du Venetian, qui lui est gratuit.

Nous entrons donc dans le grand, l'immense, le gigantesque "Grand Canal Shoppes". il s'agit en fait d'une réplique du centre ville de Venise (et d'autres villes italiennes), totalement recréées en intérieur ! Au menu, vous pourrez admirer les canaux avec leurs petites gondoles qui trimbalent de gentils touristes, la place Saint Marc, la Fontaine de Trévi de Rome, le Ponte Vecchio de Florence. Le tout sous un ciel totalement artificiel. C'est bluffant pour l'audace architecturale, mais pfiouuuuu le bilan carbone est déplorable !

Nous prenons par la suite nos quartiers dans une chambre du Venetian Hôtel, qui est, il faut le savoir, le plus grand hôtel du monde, avec ses 7 000 chambres. On pourrait donc loger 3 fois la population de notre havre de paix Corse dans cet hôtel. Tout est grand, immense, la réception est grande comme un terrain de football. Nous sommes donc au 27ème étage, et comme nous avons demandé une vue sur le Strip, nous avons donc une vue imprenable sur... La Tour Trump.

Nous allons ensuite essayer l'une des nombreuses piscines de l'hôtel. Alors là, c'est pareil, rien n'est petit. Nous n'en ferons que 2, mais il paraît qu'il y en a 8 ! Nous aurons l'imprudence de boire un verre au bord de la piscine pour la très modique somme de 30$. C'est donné !

A la tombée de la nuit, nous nous lançons dans la si classique mais si célèbre marche sur le Strip. C'est le nom donné au Las Vegas Boulevard (globalement, ils sont pas ouf-ouf dans le choix de noms de rues).

Nous partons donc déambuler entre les milliers d'enseignes lumineuses, les magasins ouverts toute la nuit (notamment le magasin Coca-Cola et le M&M's, l'occasion de se gaver de sucre tranquillement), les garçons et les filles déguisés ou très légèrement vêtus, les aguicheurs qui vous proposent les services de sulfureux personnages, les vendeurs à la sauvette, les artistes de rue et surtout les grands, immenses, casinos.

Oui oui, ce sont bien des tubes géants de M&M's 

Dans leur folie des grandeurs, nos chers bâtisseurs nous offriront quand même la vue sur la Tour Eiffel, l'arc de Triomphe, la gare de Lyon (enfin on a cru reconnaître), mais aussi le Caesar's Palace, le Mandalay Bay, le Bellagio, le Treasure Island, le Wynn, le MGM, le Mirage, la tour Stratosphre, le Louxor. Bon, ce n'est pas ce que nous aimons le plus, car il n'y a pas de beaux arbres ou de gentils petits écureuils, mais passer dans un tel lieu de légende ne laisse pas indifférent.

Nous ferons tout de même un stop devant le show de jets d'eau du Bellagio. Bah oui, on est des touristes aujourd'hui, on fait des trucs de touristes, épicétou.

Nous passerons la suite de la soirée place Saint Marc dans le Venetian, à déguster une (excellente) pizza au Canaletto, un restaurant simili-italien, avant d'évidemment se lancer à corps perdu dans la salle de jeu du casino.

Il faut savoir que Las Vegas est la ville des casinos, mais en aucun cas la ville des gagnants au casino. Sur 6 millions de visiteurs par an, seuls 50 000 gagnent quelque chose de notable.

Nous avons débarqué avec nos petites pattes à une table pour jouer à la roulette, avec 40$, avant d'apprendre que la mise minimum était de 15$... et c'était la table la moins chère.... Bon bon bon... nous laisserons finalement filer nos maigres deniers dans des bandits manchots, sans même avoir l'idée d'approcher la "salle des gros joueurs".

Puis, nous profiterons du lit king size, si grand qu'on a eu l'impression de ne pas dormir dans la même pièce !

Au petit matin, nous nous rendrons dans le quartier des petits églises où des personnages hauts en couleurs marient les gentils gens qui s'aiment. Il est interdit de prendre des photos de l'intérieur, mais croyez nous sur parole, nous avons vu Elvis !

On est trop des rebelles, on a fait une photo des cheveux d'Elvis, qui lui était caché par Marilyn Monroe 

Puis un passage devant le si célèbre signe "Welcome to Fabulous Las Vegas", où après une bonne demi heure de queue, nous immortaliserons notre passage dans la ville du pêché.

Avant de partir, nous voulions manger un petit truc. Il faut savoir que chaque casino propose, parmi toutes les extravagances, un buffet (traduction : "orgie de boustifaille"). Nous tenterons donc celui du Wynn.

Et alors là, les bras nous en tombent. Des dizaines, des centaines de plats alignés, rien que pour votre bon plaisir. C'est incroyable, il y en a partout, il y a des gentilles dames et des gentils messieurs qui en amènent sans arrêt, on prends absolument ce que l'on veut, c'est la débandade. Nous avons notamment une pensée émue pour le serveur dont l'exclusive mission de la journée est de faire cuire des côtes de boeuf. Certainement le plus beau métier du monde.

Et le pire, c'est que toute cette nourriture est très bonne, de l'entrée au dessert. Pour 36$ chacun, nous repartirons environ 5 fois plus lourds qu'à l'arrivée. C'est à faire !

De la bouffe, de la mangeaille, de la boustifaille, à perte de vue

Nous reprenons la route pour la chouette mais terriblement isolée ville de Beatty.

13

Le cadre change totalement. Beatty est un petit patelin du Nord du Nevada, un peu paumé il faut le dire, où vous avez plus de chances de croiser un âne dans votre jardin qu'un humain. Mais on aime cette petite ambiance qui revient vers le western, et c'est notre camp de base vers la Vallée de la Mort.

Nous prenons nos quartiers dans un mobil-home ma foi pas mal du tout, et partons à la découverte de cette ville. Nous passerons toute la soirée à arpenter la ville, tous les magasins, les stations service, demander aux passants, pour trouver quelque chose que nous ne trouverons pas, à savoir... Une tomate. Bon bah pour la salade c'est râpé. Un gentil monsieur nous conseillera tout de même d'aller dans la grande ville la plus proche pour trouver des fruits et légumes. Sauf que la grande ville la plus proche, eh bah c'est Las Vegas, à 2h de route.

Beatty 

Nous passerons une partie de la soirée au bistrot le Happy Burro. C'est un endroit bien typique, attachant à souhait, où nous ferons la rencontre de quelques locaux, de voyageurs de passage, et surtout nous assisterons à une scène assez surréaliste à la table d'à côté, où un gentil autochtone exposait tous ses revolvers, fusils d'assauts, fusils à lunettes. Voilà voilà...

A gauche, la photo est moisie, mais c'était pour voir, en toute discrétion, "leboncoin" spécial fusil, et à droite, un magasin...
L'ambiance du Happy Burro... Un vrai saut dans l'univers western 
14

Au petit matin, en avant pour l'endroit le plus chaud de la planète, la Death Valley ! C'est une étape incontournable de notre voyage. Il fait déjà très chaud à 8 heurs du matin, et on n'hésite pas à faire tourner la clim. Il faut savoir que les conquérants de l'Ouest américain de la moitié du 19ème siècle, et ont subi déboires sur déboires en traversant la vallée. La légende raconte qu'après avoir quitté ce lieu, une femme se serait retournée vers la vallée, et dit "Au revoir, Vallée de la Mort".

Les premiers paysages sont époustouflants, ici rien d'autre que du désert à perte de vue. Parfois du désert rocailleux et parfois du désert de sable.

C'est immense, alors à votre arrivée n'hésitez pas à vous arrêter au Visitor Centor. Voici un condensé des meilleurs spots :

Zabriskie Point : 

Dunes de sable complètement figées, c'est l'un des meilleurs points de vue du parc

Artist's Palette :

Dunes de sable complètement figées également avec une palette de couleur du rose au vert. Une beauté de la nature.

Bad Water Basin :

Un lac salé complètement sec 85 mètres en dessous du niveau de la mer. Arrêtez-vous au parking et marchez pendant quinze minutes environ pour y aller et quinze minute pour revenir. C'est donc en plein cagnard, donc pensez à prendre de l'eau. Nous aurons l'occasion notamment de croiser un monsieur que l'on croyait de loin en slip, et de plus près... Ah bah non, il n'a même pas de slip, mais il nous a quand même salué... Ah bah hello.

Devil's Golf Course :

Une immense étendue de sel complètement séchée (la terre y est complètement craquelée). Attention, avec le temps des petites arêtes se sont formées et elles peuvent être tranchantes. On appelle d'ailleurs cet endroit pour cette raison, car seul le diable peut y jouer au golf.

Mesquite Flat Sand Dunes

Dunes de sable, on se croit au Sahara. C'est magnifique !

Après ces quelques points de vue, on vous recommande de vous arrêter au Stovepipe Wells Area. Le gift center est sympa, et il y a un saloon très authentique où on sert de la bière et de la limonade dans des bottes de cowboys.

Puis nous rentrons à Beatty... Dans le Nevadaaaaaaaaaaaaaa 

Le soir nous retournons au Happy Burro, où un gentil vieux monsieur nous racontera tout ce qu'il savait, notamment ses voyages. Il nous apprendra que les travailleurs de la Vallée de la Mort, se faisaient un trou dans le palais, au couteau, pour pouvoir boire leur sang afin de ne pas mourir de soif.

On est restés pétrifiés.

Mais il nous conseillera aussi de visiter Rhyolite, juste à côté !

Le lendemain matin, nous reprenons la route, et sur les conseils de notre ami, nous passons par le petit village abandonné de Rhyolite. C'est à faire !

Puis nous prenons la route

15

Välkommen !

Kingsburg était notre lieu de villégiature pour visiter le Sequoia National Park. Nous étions à 1h de trajet de l'entrée du parc, c'était donc très pratique. Nous avons beaucoup apprécié cette petite ville aux influences suédoises. En effet, c'est la petit Suède d'Amérique ! Quelques suédois sont venus s'y installer il y a de nombreuses années et y ont ramené leurs familles au fur et à mesure. Ils se sont mélangés aux américains de la ville ce qui fait que beaucoup d'américains d'ici ressemblent à des suédois et ont des origines suédoises. Vous trouverez d'ailleurs de nombreuses épiceries suédoises, c'est très chouette ! Et au passage, le château d'eau de la ville est une énorme théière. Voilà il n'y a que ça à voir 😛

Hormis ses influences étonnantes, Kingsburg n'est pas architecturalement particulière. Voici les quelques adresses de restaurant que nous avons bien aimé :

  • Le Fugazzi : un restaurant italien copieux à l'atmosphère branchée et jeune
  • Los Pepes : un restaurant mexicain délicieux et très copieux
  • Bella Rose Bakery & Coffee : une adresse parfaite pour un petit-déjeuner ou un goûter. Ici tout est fait maison (cupcakes, cakes, pies, thé, chocolat).
A gauche, notre maison ! 
16

Sequoia et King's canyon sont en réalité situés dans le même parc, vous pouvez donc visiter les deux.

C'est notre coup de cœur du voyage et après nos étapes à travers des paysages plutôt désertiques nous avions hâte de pouvoir nous mettre au vert.

Ici la forêt est majestueuse, on se sent tout petit ! C'est la première impression que nous avons eu. Parmi vos étapes incontournables ;

  • Le General Sherman : c'est le plus grand arbre du parc et il porte le nom d'un héros de la guerre de Sécession. C'est un sequoia géant de 84m de haut, 1160m3 de volume, et 31m de tour de taille (oui, lui il fait pas un petit 36 slim...). UN MONUMENT !
Il faut prendre environ 100m de recul pour le prendre en photo. 84 mètres de haut, 10m de diamètre ! Sacré pépère 
  • Le General Grant : le deuxième géant de la forêt, moins haut, mais pour autant pas ridicule.
  • Le Fallen Monarch : un sequoia couché dans lequel on peut marcher puisque le tronc est vide et poli au fur et à mesure des années.
  • Le Moro Rock : dôme en granit qui surplombe la Giant Forest. On y accède par un escalier très dur et très raide (environ 400 marches). Attention mieux vaut ne pas avoir le vertige et être assez cardiaque. Certains passages sont raides, mais la vue depuis le haut est vertigineusement splendide.
  • Le Auto Loq : sequoia couché sur lequel on peut grimper. C'est pour nous montrer que les troncs d'arbres pouvaient servir de pont. Nan mais vraiment ils vont loin dans la démesure.
  • Le Tunnel Log : sequoia couché où un tunnel est sculpté et où l'on peut passer en voiture.
17

Sonora était notre ville-étape pour visiter Yosemite. Nous étions encore une fois à 1h de l'entrée du parc.

Sonora est une ville vivante et mignonne. C'est là que nous avons pu assister à un match de football américain. Nous sommes passés devant un lycée un soir en cherchant un restaurant et nous sommes tombés sur ce rassemblement. C'était vraiment génial, nous avions l'impression d'être dans un film américain avec les pom-pom girls, la fanfare et la distribution de pop-corns dans les gradins. Ambiance de fête garantie... sauf que l'équipe que nous supportions (les wildcats de Sonora) ont pris une déculottée magistrale. C'est pas grave les gars, nous on vous kiffe.

Les supporters ont des photos en énorme des visages des joueurs, c'est assez surprenant ! 

Le airbnb dans lequel nous logions nous faisait déjà une bizarre impression depuis que nous avions booké. Déjà le prix était anormalement bon marché pour Yosemite, mais en arrivant, pfiouu lala ! On pense que le propriétaire, que nous n'avons pas vu, était atteint du syndrome des gens qui ne peuvent rien jeter. Il y en avait ABSOLUMENT PARTOUT. Un espèce de gros gros enchevêtrement d'affaires, de meubles, de bibelots. Dans notre jargon, nous aurions volontairement appelé cela "merdier", mais bon, la personne qui nous a accueilli était vraiment sympa, alors nous nous sommes accommodés de cette déco surpeuplée, jusqu'à la chambre.

Parmi les adresses de restaurant, nous vous conseillons ceux-ci :

  • Mike's Pizza : pizza assez bien réussies et plutôt copieuses. Ambiance décontractée et bar à sports.
  • The Willow Steakhouse : une adresse pour les amateurs de viande dans une ambiance saloon. On se croirait dans le clip de Rednex (ouh là, la référence moisie).
18

Une légende de l'ouest américain, à ne rater sous aucun prétexte. C'était selon nous le parc le plus touristique que nous avons fait. L'attente est un peu longue dans les parkings pour admirer les points de vue. Il est très fréquenté.

Et quand nous disons très fréquenté, ce n'est pas que par des humains. C'est un parc où vit une grande communauté d'ours. Du coup, dans les camping, sur les parkings, des écriteaux qui préviennent les gentils visiteurs que nous sommes ne se prennent pas un coup de patte. Sur les camping se trouvent même des grandes boites en métal pour mettre la nourriture, mais malgré cela, les boîte sont toutes griffées. Hiiii

Si comme nous vous prévoyez deux jours pour visiter le parc, voici nos recommandations ;

  • La Yosemite Valley : C'est là où sont situés les principaux campings et c'est l'endroit le plus fréquenté du parc. C'est cette partie du parc que nous avons " le moins apprécié " et il faut savoir faire abstraction des touristes pour savourer la beauté du parc. Nous avons beaucoup aimé le Glacier Point, c'est un magnifique point de vue sur le Half Dome, armez-vous de vos jumelles pour voir les petites cascades. Parmi les randonnées, comme nous étions limités en temps, nous avons choisi de faire celle du Mirror Lake. Il faut suivre un sentier de 6 kilomètres environ qui mène à un lac entouré de sapins. Malheureusement à ce moment de l'année, le lac était sec.
La vue depuis Glacier's point 
La marche vers Mirror's lake 
  • Le reste du parc à travers la Tioga Road : c'était notre partie préférée du parc, déjà beaucoup moins prisée par les touristes et surtout peu de camping s'y trouvent. Nous avons adoré le lac Tenaya, l'eau était très fraîche nous nous sommes pas baignés mais il est possible de barboter et surtout de faire du canoë. Le cadre est idyllique et aspire vraiment à la quiétude. Un très beau spot pour faire un pique-nique. Sur la Tioga Road vous trouverez des points de vue très sympa et croiserez des animaux (biches, écureuils, oiseaux) fuyant la Yosemite Valley. Parmi les plus beaux spots, nous avons aimé le Tuolumne Meadows qui est une immense prairie autour de laquelle se trouvent de majestueux arbres. Vous en verrez beaucoup lorsque vous passerez à travers la Valley. Il y a aussi un Visitor Center dans cette partie du parc ou vous pourrez vous renseigner sur les différentes randonnées à travers les Meadows (et aussi voir des photos des voitures massacrées par les ours, à la recherche de votre dentifrice).
Tioga Road 

Et nous quittons Yosemite par l'Est, en avant pour de nouvelles, encore nouvelles aventures.

19

Quelques kilomètres après la sortie de Yosemite, nous arrivons sur les rives de Mono's lake

Pour le coup, c'est un endroit beaucoup moins surfréquenté que Yosemite, et ce n'est pas pour nous déplaire.

Après un petit picnic vraiment tout doux au bord de l'eau, nous reprenons la route vers notre prochaine étape. Et là, on est parti pour 20km de piste, de terre, de poussière, de rien-du-tout, et nous arrivons dans la si surprenante ville de Bodie. La voiture est dans un état disons lamentable.

Bodie est une ville abandonnée, depuis une cinquantaine d'années. Elle est restée dans son jus, est d'ailleurs devenue un monument californien (et non de l'état, donc pas de pass America The Beautiful), qui est entretenu, pour rester au plus près de ce qu'il était.

Il faut, comme pour tout parc, s'acquitter de droits d'entrée pour y pénétrer. Donc on arrive, on paye, et on rentre. SAUF, si on se gare DEVANT la guérite des rangers, et qu'on entre à pieds !

Nous finirons la journée dans le petit village de Coleville. Au menu, grosses voitures, grosses grosses bouffes, et grosses blagues lourdingues.

20

La ville rêvée, une de nos étapes favorites ! On pourrait passer des heures à écrire sur San Francisco tellement cette ville réserve des surprises. Nous avons logé chez des amis installés à San Francisco dans le quartier de Potrero Hills et avons passé 3 jours dans la ville. Nous n'avons pas utilisé la voiture et avons opté pour les transports en commun et quelques Uber Pool quand nous étions vraiment très loin. San Francisco est une ville très pentue et les montées sont parfois raides, mais c'est tout à fait faisable à pied.

Premier jour à San Francisco

De Protrero Hills nous avons pris le MUNI (tramway et métro) jusqu'à Embarcadero. Nous avons longé le port jusqu'à la Marina. Comptez environ la matinée avec des stops sur les quelques points d'intérêts. Sur le chemin nous avons fait un stop au Ferry Building, un genre de Marketplace très branché avec des spécialités du monde entier et des petites boutiques très sympathiques. Ensuite nous nous sommes arrêtés au Pier 39, un endroit incontournable de SF. C'est très vivant, il y a de nombreux restaurant et de là partent certains bateaux pour Alcatraz (nous ne sommes pas allés à Alcatraz car l'idée de visiter une prison ne nous enchantait par énormément). Au Pier 39 vous pourrez admirer les lions de mer qui se donnent en concert, à vos photos !

Ouais, ouais, ouais, il fait pas hypraaa beau... 

Arrivés à la Marina nous avons loué des vélos pour continuer la promenade jusqu'au Golden Gate. Nous avons loué deux vélos pour deux heures auprès du loueur PARKWIDE BIKE RENTALS. Il est possible de louer à un point A et de le rendre à un point B. Louer des vélos à SF est une très bonne idée car la ville est pensée pour les piétons et les cyclistes, c'est très agréable !

En quelques coups de pédale, nous nous rendrons donc au pied du patron, du boss, de la légende, le fameux Golden Gate. Un normand vous dirait que le Pont de Normandie est plus grand, mais il faut avoir qu'il est magnifique, magique, mythique, et tout plein de mots en ique. La météo n'est par contre pas toujours hypra fair play avec lui, aussi il met souvent le nez dans les nuages. Mais que c'est beau, ces petites brumes qui l'emballent.

Humpf... C'est un peu grisou, mais tellement grisant 

Après une pause déjeuner bien méritée, nous nous sommes rendus dans le quartier de Sacramento Street pour aller voir la maison de Madame DoubtFire. (On recommande pour les fans de Robin Williams 😉).

"Ma première journée en femme, et j'ai déjà des bouffées de chaleur..." 

De là nous avons entamé une longue marche en direction de China Town.

Le China Town est encore une étape incontournable de votre séjour à SF, c'est incroyable on se croit vraiment en Asie. L'architecture est très typique, ça dépayse complètement! Passez par la porte principale du China Town et laissez vous guider.

Fait exprès ou pas, le nom de cet hôpital nous a laissé sans voix ! 

Puis, nous retrouverons nos amis pour la visite d'un quartier de business au sud de la ville. Un petit morceau de la Silycon Valley car nous passerons successivement devant le siège de Twitter, Airbnb, et Adobe. C'est bizarre car ces mots nous paraissent totalement abstraits, mais non, il y a bien des gens dans des bureaux qui s'en occupent !

Les américains n'ont pas le même sens du bien être au travail que nous. Dans les bureaux des grandes entreprises de high tech, que des open spaces, des espaces de jeux, de vie, des cuisines en open bar, il y a des activités pendant les heures de travail. Absolument tout pour que l'on se sente bien.

Le revers de la médaille, c'est que du coup, on ne décroche absolument JAMAIS du travail... Malin....

Deuxième jour à San Francisco

Toujours depuis Potrero Hills, nous nous sommes rendus dans le quartier de Castro. C'est le quartier LGBT de SF, c'est vraiment à voir. Ici, on arbore fièrement le drapeau LGBT un peu partout, il y a une sacré ambiance dans les rues et on voit des looks plus fous les uns que les autres. On a fait une petite pause déjeuner dans un salon de thé français " Le Marais Bakery ". La boulangerie est tenue par des français et un après quelques semaines à manger à la mode américaine nous avons apprécié nos viennoiseries.

Dolorès Mission

Depuis Castro nous avons marché jusqu'au parc Misson Dolorès. Le parc surplombe la quartier de Mission. Il est assez grand et les habitants viennent y faire du sport et se retrouver pour pic-niquer. Nous y étions le matin mais à priori le WE il y a une sacrée ambiance.

Nous avons continué jusque dans le quartier de Mission qui est le quartier mexicain de SF. C'est un quartier très alternatif, ça grouille de monde, c'est populaire et évidemment c'est ça qui est chouette. C'est donc une étape obligée de votre séjour à SF. Ne serait-ce que pour manger à la Taqueria, c'est à priori l'un des meilleurs restaurants de SF ! Les plats sont délicieux, copieux et c'est bon marché. Effectivement il y a du monde !

Haight Ashbury


Bienvenue au quartier hippie de SF ! Eh oui les hippies existent toujours... un de nos coups de cœur pendant notre séjour à SF. C'est le quartier pour chiner dans les friperies, nous avons trouvé que c'est un quartier qui devient de plus en plus à la mode aux vues des nombreuses boutiques de créateur. Dans chaque coin de rue, vous trouverez des hippies fumant et jouant de la guitare et en quête de je-ne-sais-quoi ! La chanson dit toujours vrai " If you're going to SF be sure to wear some flowers in your hair '

Nous passerons la soirée avec nos amis locaux, qui nous emmèneront au restaurant le Basil Canteen, une pure trouvaille !

Nous partons le lendemain matin de SF, et déjà cette idée ne nous ravit pas. Car nous devons quitter cette fantastique ville, nous prenons la route pour la dernière fois, et nous quittons nos amis de SF. Alors vraiment (mais alors vraiment hein), à L et F, merci beaucoup beaucoup beaucoup de nous avoir accueillis, de nous avoir guidé, merci pour toutes ces attentions et pour votre gentillesse.

Le lendemain, nous passerons saluer le patron, le boss, avant de quitter la ville le cœur gros. SF est l'une de nos plus belles étapes, on aimerait beaucoup y vivre et apparemment chaque personne qui s'y rend le souhaite ! Qui sait ?

Lui aussi a l'air triste de nous voir partir 😀
21

Nous n'aurons, à notre grand désarroi, pas le temps de faire de pause sur la côte entre San Francisco et Los Angeles, mais ce n'est que partie remise.

Nous prenons nos quartiers dans une petite maison vraiment sympa, bruyante mais sympa, à quelques encablures de Venice Beach. La gentille propriétaire prête gentiment des vélos, alors n avant ! Et nous voici arrivés sur la magique Venice au guidon de nos super vélos américains. La plage est absolument monumentale, interminable, bondée, et tellement variée. Nous verrons des artistes de rue, des dessinateurs, grapheurs, musiciens, chanteurs, sportifs, mais aussi beaucoup de personnes qui dorment dehors, au milieu des plus chanceux qu'eux. C'est très curieux cette dualité, mais c'est aussi ce qui forge la légende de cet endroit.

Nous assisterons à un coucher de soleil époustouflant sur les petites bicoques des bien bâtis maîtres nageurs des plages californiennes, avant un repas un peu génial dans un restaurant branché, où nous mangerons, n'ayons pas peur des mots, une des meilleures pizzas que nous n'avions jamais goûté.

<- This is the meilleure pizza...






Le lendemain matin, en route pour le port de Santa Monica. Un genre d'immense ponton qui plonge vers la mer, bondé de restaurants, magasins, on en prends plein les yeux. Accessoirement, c'est aussi l'extrémité Ouest de la route 66, ça sonne un peu le point d'orgue de notre voyage.


Nous partons ensuite pour notre dernière activité : la visite des studios Warner. Nous serons accueillis par un français bien sympa, qui nous fera passer par les studios, notamment des endroits de Friends, des Gremlins, de Jurrassik Park et de plein de séries que l'on ne connaît pas 😀. Nous aurons aussi le droit de faire le tour du studio d'enregistrement du talk show d'Ellen Degeneres, une star américaine, mais aussi par le hangar des batmobiles, le musée des costumes originaux de Harry Potter, des ateliers de menuiseries, constructions de décors, avant le clou du spectacle : un passage dans le café de Friends, le vrai, l'original !

En haut à droite, le parc (enfin le carré de pelouse) pour les scènes d'extérieur de Friends ! Tout ces décors sont faux ! 

Sur la photo ci-dessus, c'est le lieu de tournage de la scène de Jurrasik Park où le T-rex course une jeep. Cet endroit fait même pas 100m, du coup le tournage a été fait en de multiples aller-retours !

On passe à la fin par une espère de pompe à fric où ON NE PEUT PAS sortir sans rien acheter, et nous avouons, nous avons craqué pour les activités Batman et Harry Potter sur fond vert, c'est tellement géant. Et pompono de la pomponette, nous aurons le droit de porter un Oscar, un authentique, qui nous sera prêté par un garde spécial ganté. Voilà, nous venons de prendre un immense shoot de la folie hollywodienne.

Nous n'avons pas vraiment, voire vraiment pas envie de partir, alors nous profitons de chaque dernière minute. Nos derniers instants auront lieu sur Hollywood Boulevard, le fameux walk of fame, et ses 2600 étoiles.

Et notre grand jeu : celui qui trouve dans cet étalage l'étoile de Donald Trump gagne un pancake ! 

Et pour finir, mais vraiment finir, nous déambulerons quelques instants dans Beverly Hills.

Ti, il faut partir, nous devons rendre la voiture, et nous enfermer dans un hôtel vieillot à côté de l'aéroport. Le cœur serré, des images plein la tête, nous pointons notre museau à l'aéroport le lendemain matin, d'où nous partons.

Nous gardons de ce voyage, de cette aventure, des souvenirs absolument magiques, inoubliables, incroyables, fabuleux, des paysages tous plus merveilleux les uns que les autres, des émotions dingues, des rencontres tellement enrichissantes, et tellement plus.

Hey Oncle Sam, on reviendra, c'est promis !